«Schützen» aujourd’hui et autrefois

La Schützenfest de Biberach n’a malgré son nom rien à voir avec les «Schützenfest» de l’Allemagne de l’Ouest et du Nord. Dans un processus de développement de plusieurs siècles, cette fête est devenue la fête que l’on connait aujourd’hui. Historiquement à l’intention des enfants, elle est devenue la fête de notre « pays ».Elle représente l’apogée de l’année des habitants de Biberach : ici on divise l’année entre l’avant  « Schütza » et l’après « Schütza ».

L’origine de cette fête est retrouvée pour la première fois en 1650 en temps que fête protestante, puis en 1703 apparait une fête catholique .Il s’agissait à l’origine d’une fête organisé pour les enfants et célébré par les deux confessions séparément. Le défilé conduisait les enfants vers le mont « Schützenberg »:ceci donna son nom à cette fête « Shützenfest ».

Le développement moderne de cette fête correspond à la fin de la période impériale de la ville et à son indépendance. Pour la première fois en 1802 l’hymne « Rund um mich her ist alles Freude » : « la joie de tous m’entoure ».Ce chant devint vite la chanson de tout habitant de Biberach.
Ensuite suivirent des décennies de développement à tâtons jusqu’à ce qu’un honnête « Biedermeier » en dessine les caractéristiques d’aujourd’hui.
Ainsi depuis 1810 les enfants peuvent accéder à une loterie sans enjeu particulier appelée  « Ziehung » (tirage) auquel chacun peut gagner des lots.
Au début,le défilé solennel était une sorte de cortège fleurie et de drapeau. Les tambours sont apparus pour la première fois en 1816.
En 1821 est apparue la chanson « Kleine Schützenmusik » (la petite musique).

Puis en 1819, le théâtre pour enfants « Schützentheater» est apparu ( tradition devenue célébre) et qui comme la fête elle-même n’a été interrompu que pendant les guerres.
La particularité actuelle de ce théâtre féérique est apparue sous la forme de comédie musicale .Les éléments et les équipements de la mise en scène rendent le spectacle généreux. Les enfants et les jeunes gens interviennent sur scène et au niveau de l’orchestre.

L’organisation actuelle de la fête, commune aux deux confessions chrétiennes apparait en 1824 .La propriété et la mise en œuvre est entre les mains de Direction de la « Schützenfest » depuis 1834. Ce groupe est passé de trois à plus de quarante membres d'honneur ainsi qu'un certain nombre d’adhérents au fil du temps.

La période du «Troisième Reich» a également apporté à la fête toutes sortes d'épreuves et d’autres parts des nouvelles approches très différentes sont apparues. Ainsi le spectacle «l'heure de la nation » (« Heimatstunde ») est devenue une partie intégrante du programme de la fête, ceci se cristallise en une réunion très importante. Chaque année, un thème différent traite l’histoire de la ville.

Immédiatement avant le début de la Seconde Guerre mondiale a commencé le développement de la "reconstitution historique".
De la plus ancienne mention écrite de Biberach sous les empereurs saliens à l’ère de Bismarck, l’histoire de la ville est présentée dans les scènes exemplaires. Une étude attentive des sources et une représentation des plus fidèles des événements historiques et des gens donnent au défilé du mardi et du dimanche son caractère spécial. Plus de 200 chevaux avec harnais et brides sont une attraction contemporaine.

La vie des camps historiques avec en magnifique toile de fond le Gigelberg est une particularité de la Schützenfest. Le savoir faire des «danses traditionnelles »est transmis aux élèves de maintenant. Le spectacle de « La danse à travers les âges» montre les danses paysannes traditionnelles, les danses courtoises, civiles et modernes de différentes époques.

Le « Bunte Festzug »le défilé du lundi offre une image différente chaque année. Chaque école de Biberach choisit un thème et décore avec beaucoup d'imagination et de créativité. La compétition entre les écoles pour fournir la meilleure représentation a grandement contribué au niveau élevé du défilé.

Aujourd’hui le caractère de cette fête pour les enfants ne se limite plus au « Schützenspiele » (jeux de tire) et au « Ziehung » (tirage) pour les plus jeunes mais aussi par des « Biberschießen »( chasse au castor) pour les élèves plus âgés.

De  plus en plus la «Schützenfest» évolué à une grande fête populaire. Ceci est visible sur l'engagement spontanément des groupes de jeunes et d’adultes qui se sont formés, on peut citer à titre d'exemples: «  Baltringer Haufen, Räuberbande des Schwarzen Veri, Biberacher Bürgerwehr, Scharwächter » ainsi que l'ensemble des groupes pour le spectacle de la danse à travers les âges. 
L'intégration de société amateurs au cours des célébrations va dans le même sens. La danse pour jeunes et vieux sur la place du marché de Biberach rassemble plus de dix milles personnes de toutes générations et de tous milieux.
Enfin, la grande fête foraine sur le Gigelberg et l'ancienne cave à bière sont autant d’attractions spéciales de la fête.

Pendant cette période de neuf jours, la «Biberacher Schützenfest» se présente avec sa forte revendication culturelle, ces grands événements historiques, ces divertissements et ces jeux pour les enfants et bien sûr avec ces offres de cadeaux comme une fête à caractère populaire. 
Les jeunes et les anciens "castors" aiment leur «Schützen» en tant que point culminant de chaque année.

Traduits par Clemence Martel, classe 9c (Pestalozzi-Gymnasium), et sa mère Mme. Martel.